Ce qui est écrit en tout petit : l’INCI (la liste officielle des ingrédients)

Savon Loup liste ingrédients

Derrière, sur le côté, en tout petit sur le devant de l’emballage, mais toujours là, et pour cause, c’est obligatoire : la liste des ingrédients !

Au niveau réglementaire, on appelle ça l’INCI (prononcé INKI) : International Nomenclature of Cosmetic Ingredients. Cette liste est souvent obscure. Elle oblige à utiliser des termes anglais et/ou latin. Son objectif est qu’elle soit compréhensible partout dans le monde, quel que soit le fabricant, le lieu de production ou de commercialisation d’un produit. C’est un peu le langage mondial de la cosmétique.

Pour y voir plus clair, quelques bases :

  • les ingrédients y sont classés par ordre décroissant, les premiers de la liste sont majoritaires dans la formulation ;
  • seuls les ingrédients dont le pourcentage est inférieur à 1% peuvent être classés dans un ordre aléatoire (mais invariablement en fin de liste vu le faible pourcentage).

Une langue internationale pour la cosmétique

Au-delà des règles de mise en ordre, il y a tout un langage, mêlant latin et anglais. En général, les extraits naturels (plantes, huiles, …) conservent leur nom latin suivi d’un terme anglais précisant la partie ou le composé utilisé.

Par exemple, l’huile d’olive devient Olea europea fruit oil, l’huile essentielle de lavande vraie devient Lavandula angustifolia oil alors que l’eau florale de lavande vraie va devenir Lavandula angustifolia flower water.

Ca se complique encore un peu quand on saponifie les huiles. L’Olea europea fruit oil se transforme, sous l’effet de la saponification, en Sodium olivate quand on utilise la soude et en Potassium olivate quand on utilise la potasse. Il en va de même avec toutes les huiles et tous les beurres saponifiés. Parmi les surprises, l’huile de ricin se nomme Ricinus communis seed oil mais se transforme en Sodium castorate lorsqu’elle est saponifiée (ici à la soude). Rien à voir avec le petit animal constructeur/déconstructeur, le castorate fait référence au nom anglais de l’huile de ricin : Castor oil.

Vous trouverez aussi, selon la composition des produits, des noms de molécules, généralement en anglais. Comme Glycerin pour la… glycérine, Sodium bicarbonate pour le bicarbonate de soude, etc.

Les compositions parfumantes se retrouvent sous le terme générique de « parfum ». Cela permet de protéger la formule. l’inconvénient c’est que le terme parfum est valable pour les compositions à base d’huiles essentielles comme pour les compositions synthétiques. C’est pour ça qu’une précision est souvent apportée quant à l’origine naturelle dudit parfum. Parfois, l’utilisation d’une composition naturelle induit la présence d’allergènes potentiels, présents naturellement dans les huiles essentielles. Ils doivent obligatoirement être indiqués. Ils apparaissent en fin de liste, leur pourcentage étant très faible.

En fonction des produits que vous utilisez, vous retrouverez des « CI pleindechiffres », c’est-à-dire des colorants, codifiés par cinq chiffres selon le Colour Index (d’où le CI). Si les colorants n’ont aucune utilité cosmétique, ils sont inoffensifs. C’est parfois leur mode de production qui est discutable. Vous pouvez aussi trouver des acronymes comme le PEG, le SLS, l’EDTA,… la liste serait trop longue. Là encore, il y a du bon, du très bon, du mauvais, du très mauvais.

Si vous avez un doute sur un ingrédient, de nombreuses bases de données existent et sont consultables, notamment sur le net. La seule faisant loi en Europe est la base de données CosIng. De prime abord, ce n’est pas la plus attirante… Mais elle est redoutable. Elle fait état de tous les textes réglementaires, des études sur les composants, répertorie tous les ingrédients avec des fiches individuelles, précise leur fonction, et surtout, elle est officielle, mise à jour et gratuite.

Une grammaire de la cosmétique à apprivoiser

On a précisé que l’INCI se lisait en ordre décroissant. Est-ce pour autant que l’ingrédient en fin de liste est juste là pour faire beau ou que, si le premier ingrédient de la liste est de l’eau, on ne vous vend que de l’eau déguisée en cosmétique ?

Non. Mais parfois oui.

Tout dépend des produits, de l’ensemble de leur composition et de ce qu’on vous promet. On sait bien que ces précisions ne vont pas beaucoup vous aider…

Imaginons, vous achetez une crème hydratante. Le premier ingrédient est de l’eau. C’est normal. Bien sûr, cela pourrait être une eau florale ou du jus d’aloé véra, plus précieux mais aussi plus actifs. Or, peut-être que votre crème contient déjà de nombreux actifs, ou vise à ne pas trop stimuler une peau sensible. En bref, la formulation possède un équilibre. Et comme partout, le mieux est parfois l’ennemi du bien.

Pareillement, dans notre huile à barbe, le bisabolol est en fin de liste. C’est un extrait très actif dont le pourcentage dans une formulation est limité au niveau réglementaire. Si vous dépassez cette limitation, votre produit est recalé lors de l’évaluation toxicologique. Cet exemple vaut pour de nombreux produits « à l’extrait de » ou avec des actifs puissants. En fonction du type d’actif et du type de produit, il est normal (voire obligatoire) que cet actif arrive en fin de liste car, par principe, un actif, c’est très actif ! Il doit être dosé avec minutie.

Par contre, si on vous promet un produit à base d’huile d’argan et que l’huile d’argan se situe en toute fin de liste, il y a un problème. C’est aussi problématique si la majorité de la formulation est composée d’ingrédients très douteux et qu’apparaît en fin d’INCI l’extrait naturel tant vanté sur le packaging. Ce n’est pas le positionnement de l’extrait qui pose question, c’est sa place dans une formulation qui ne lui rend pas justice. Une formulation cosmétique honnête, c’est de l’équilibre et de la cohérence.

Travaux pratiques : le savon Loup

Dernière ligne droite, on met en pratique ! Prenons l’exemple d’un de nos savons, le Loup. Au départ, sa composition est relativement simple : des huiles et beurre végétaux en partie saponifiés, du charbon, de la farine de châtaignes et des huiles essentielles.

En INCI, ça donne ça :

Sodium olivate, sodium cocoate, sodium shea butterate, aqua, glycerin, sodium sunflowerseedate, sodium rapeseedate, sodium castorate, castanea sativa seed flour, parfum, olea europea fruit oil, butyrospermum parkii butter, cocos nucifera oil, helianthus annuus seed oil, brassica campestris seed oil, ricinus communis seed oil, charcoal powder, geraniol, limonene, linalool.

On y trouve donc les huiles d’olive et de coco saponifiées, le beurre de karité saponifié, apparaît la glycérine produite naturellement lors de la saponification puis l’eau qui demeure après la saponification. Il y a ensuite les huiles de tournesol, de colza et de ricin saponifiées, la farine de châtaignes et les huiles essentielles dont le mélange est pudiquement nommé « parfum ». Déboulent alors toutes les huiles et beurre dans leur version « non-saponifiée ». C’est-à-dire qu’elles ont toutes été introduites en surgras et restent en suspension dans le savon : olive, karité suivis de la coco, du tournesol, du colza et du ricin. Ce sont les mêmes que celles du début de liste, c’est juste qu’on en a mis plus que nécessaire, histoire que le savon soit ultra-doux.

Et enfin, arrivent le charbon et plus loin les composés des huiles essentielles potentiellement allergènes. Le charbon, fortement actif, est en fin de liste au regard de sa puissance. En mettre plus dans le savon, c’est passer de la détox au polissage. Les allergènes sont loin derrière mais l’INCI, afin de protéger les formules, ne permet pas de préciser les pourcentages des ingrédients listés.

L’INCI demeure ainsi une liste d’ingrédients obligatoire, utile, informative mais aussi indicative. Elle vous signale ce qu’il y a dans le produit, vous informe un peu sur les proportions mais laisse assez de flou et de marge de manoeuvre au fabricant pour protéger sa formule. En somme, l’INCI, pour peu qu’on arrive à la déchiffrer, vous donne la philosophie d’un produit.

Y’a plus qu’à acheter une loupe !

 

 

 

Écrire un commentaire

FAITES DÉFILER VERS LE HAUT